• — •   Y A M A N D A   R A    • — •
— P A X   D I A M — 

Centre de Recherches & Applications

Accueil > SANTE GLOBALE / SERVICE > • BIO-URBANISME 
Bio-urbanisme

Planification et aménagement du territoire selon l’énergétique

L’énergétique dans ce contexte s’applique à la gestion des flux et leur interdépendance selon les lois universelles de la Nature en relation avec l’historique des lieu d’implantation des villes.
Sont considérés:

• les flux atmosphériques,
• les flux créés par les formes,
• les flux géologiques, les flux tectoniques,
• les flux créés par l’organisation des quartiers de ville, les routes et rues,
• les flux de traffic
• les flux humains.

De plus, la notion de vie au sein de la ville est essentielle pour lui apppliquer celle de durabilité.
Pour ce faire, il convient d’allier les volumes naturels (espaces libres–verts et bleus) aux volumes artificiels (espaces bâtis), en admettant la nécessité de leur équilibre dans le milieu urbain.

 

BIO-URBANISME

«Les [orientations et la ligne générale du développement urbain] doivent échapper
à l’impact des opinions personnelles et des intérêts particuliers,
et constituer (…) la loi sacrée de la ville.»

Gustavo Giovannoni
in L’urbanisme face aux villes anciennes

 

• Le bio-urbanisme prend en compte l’ensemble des paramètres du Vivant au sein d’une ville, pour qu’elle devienne durable, vivable, agréable, aimable. Et puisse accueillir tous les citoyens avec leurs particularités, les quartiers d’habitat résidentiel et les échanges économiques et commerciaux, dans une intelligence inclusive fraternelle et conviviale.

Ce n’est pas le cas actuellement, car les séparativismes, les freins politiques partisans, les clôtures protectionnistes, le gaspillage bétonné du territoire dû à l’expansion économique mal gérée par des «copinages» mafieux et autres tendances régies par des investissements financiers ne respectant pas le bien commun, pour tous ces éléments et d’autres encore, trop de disparités provoquent les immenses pollutions urbaines où règnent violences, pauvreté, saleté, bruit, air vicié pour parler des éléments visibles. Mais l’atmosphère psychique invisible en fait partie.

La seule manière de nettoyer en permanence une ville qui tente de fonctionner durablement est de placer la Nature de manière judicieuse au sein de l’urbain.

• En bio-urbanisme, le concept de ville-santé, de «Gaïa-citoyenneté» proposé au Sommet de l’ONU sur l’Habitat (Istanbul 1996) fait partie de notre démarche.

L’être humain fait partie d’un système ouvert dans l’environnement: celui de Gaia (conscience de la planète Terre) qui elle-même fait partie d’un système ouvert plus grand. Ces systèmes ouverts sont un ensemble d’énergies vitales interdépendantes (bioénergie) ou ensemble de réseaux informationnels interactifs qui dépendent les uns des autres, impliquant la responsabilité citoyenne de leur gestion dans le système ouvert de l’environnement global. 

Nous œuvrons dans le domaine du bio-urbanisme par:

• expertises bio-énergétiques de terrains avant construction

• expertises de quartiers avant transformations et éco-quartiers à coopération interdépendante créative

• études d’implantations d’«espaces verts/bleus» au sein de la ville, au moyen de la permaculture si possible.

• utilisation judicieuse des matériaux régulateurs climatiques, (exemple: l’usage de verre et métal pour les grand bâtiments urbains augmente la température de 2 à 5° localement ! La nécessité d’aération par ventilation artificielle accompagne ces choix, très loins d’une durabilité globale effective.)

Contact: yamanda@vtx.ch   


suite

 
 
.